Consortium de recherche et d’innovation en transport urbain au Canada
Consortium de recherche et d’innovation en transport urbain au Canada
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Introduction à l’électrification des transports publics, de A à Z

 

À l’ère moderne, presque tout est électrifié, y compris les transports. Si l’électrification d’objets quotidiens tels que les outils de nettoyage, les ustensiles de cuisine et les montres a une finalité pratique, l’électrification des transports a une finalité éthique et environnementale. Contrairement aux outils pratiques susmentionnés, l’aspect élégant et futuriste des transports est un avantage supplémentaire plutôt que la motivation de leur création.

 

L’électrification des transports publics est encore plus importante que l’électrification des transports individuels (voitures et camions). L’électrification des transports publics est essentielle à la santé environnementale du Canada et d’autres pays, car elle permet de réduire davantage l’empreinte écologique tout en facilitant le développement organique des communautés.

 

L’espoir de CRITUC est de fournir un guide complet sur l’électrification des transports publics qui fournira au public toutes les connaissances nécessaires pour adopter la prochaine génération de transports publics.

 

Qu’est-ce que l’électrification des transports publics ?

L’électrification des transports publics fait référence à l’électrification complète des réseaux de transport public. Plutôt que d’utiliser des véhicules à essence, les municipalités sont encouragées à acheter des autobus à zéro émission (AZE). En surface, les AZE ont la même apparence, conduisent de la même façon et atteignent exactement le même objectif – la différence principale est leur production zéro émission et leur contribution à l’avenir vert du Canada.

 

Les autobus électriques à batterie (AEB) sont l’un des choix possibles pour les AZE. Les AEB sont exactement ce qu’ils semblent être : des autobus alimentés uniquement par des batteries électriques. La nature écologique des AEB est sans aucun doute le principal avantage de ces véhicules ; cependant, il existe de nombreux autres avantages pratiques qui affirment la domination des AEB sur les autobus traditionnels.

 

Par exemple, la réduction de la pollution sonore contribue à rendre les villes plus silencieuses, les matériaux de construction en aluminium réduisent le poids de l’autobus, ce qui réduit la vitesse d’usure du véhicule, et les AEB gèrent mieux l’énergie cinétique que les autobus traditionnels, ce qui contribue encore à réduire l’usure. Si les avantages environnementaux sont les plus importants, les avantages pratiques ne doivent pas être ignorés.

 

Les autobus électriques à pile à combustible (AEPC) constituent un deuxième choix notable pour les AZE au Canada. Les AEPC sont des AZE qui contiennent une pile à hydrogène en plus d’une batterie dans le but d’optimiser l’efficacité et la performance de l’autobus. La pile à combustible contribue à la production d’électricité et ne produit pas d’émissions. De plus, la pile à combustible peut être rechargée en dix minutes seulement, ce qui réduit la pression exercée sur les réseaux d’électricité pendant de longues périodes.

 

Les autobus au gaz naturel comprimé alimentés au GNR constituent la troisième et dernière option pour les AZE. Le gaz naturel renouvelable (GNR) est une source d’énergie dont l’intensité en carbone est potentiellement négative. Il s’agit du produit de matières organiques telles que la nourriture, le fumier et d’autres déchets similaires. Le principal avantage des autobus alimentés au GNR est que l’infrastructure technologique actuelle ne nécessiterait que des modifications minimes (voire aucune). Cela augmenterait considérablement la faisabilité de la mise en œuvre d’options de transport respectueuses de l’environnement.

 

Quelles sont les étapes de la mise en oeuvre ?

 

Le gouvernement canadien est sur la bonne voie pour parvenir à la carboneutralité à l’échelle nationale d’ici 2050, afin de lutter contre les dures réalités du changement climatique. De nombreux gouvernements régionaux, tels que le Québec et Terre-Neuve-et-Labrador, ont suivi l’exemple du gouvernement fédéral et se sont engagés à atteindre l’objectif de 2050.

 

La réduction de l’empreinte nationale pour atteindre la carboneutralité nécessite la coopération de chaque individu et de chaque groupe, et les transports publics ne font pas exception à la règle. Par conséquent, la nécessité d’investir dans des technologies de transport en commun propres n’est plus un souhait, mais un élément indispensable à la réalisation de l’objectif de carboneutralité du Canada en 2050 et à la construction d’un avenir vert, durable et sûr.

 

Comprenant le rôle que joue l’électrification des transports publics dans la réalisation de l’objectif de carboneutralité du Canada en 2050, CRITUC a annoncé sa participation au Fonds pour le transport en commun à zéro émission. Ce fonds vise à faciliter l’adoption d’autobus à zéro émission et de la technologie de recharge nécessaire. CRITUC collaborera avec les agences de transport public pour achever le processus de planification et accélérer le passage à des flottes d’autobus à zéro émission. Nos efforts aideront également les collectivités à se préparer et à résoudre les principales difficultés liées à l’électrification des transports en commun.

 

Pourquoi l’électrification des transports publics est l’avenir du Canada

Les étapes de la mise en œuvre de l’électrification des transports publics sont des objectifs collectifs.

Il est aujourd’hui possible de placer les étapes de l’électrification des transports en commun sur un échéancier et un spectre définitifs. Notamment à travers le parcours de décarbonisation décrit sur le site web de CRITUC.

Orientation stratégique

La première étape, l’orientation stratégique, consiste à aider l’agence de transport à s’adapter à l’environnement AZE. Nous travaillons avec eux pour fixer des objectifs, des attentes et une vision. Il s’agit notamment de déterminer les motivations qui sous-tendent la transition vers les véhicules électriques, tels que la durabilité environnementale, la réduction des émissions de carbone ou le respect des exigences réglementaires. Cette étape initiale est cruciale pour s’assurer que toutes les étapes suivantes sont prises en compte et exécutées correctement.

Analyse de faisabilité

La deuxième étape détermine la capacité de l’agence à adopter un réseau de transport public électrifié. Elle étudie les questions techniques, notamment la viabilité de l’intégration des véhicules électriques dans le parc actuel et la compatibilité des véhicules électriques avec l’infrastructure existante, y compris la disponibilité de l’infrastructure de recharge. Les restrictions d’autonomie, les temps de charge, la gestion du parc de véhicules, les recettes, la volonté d’électrification et la configuration des véhicules sont quelques-uns des facteurs qui déterminent la faisabilité de l’adoption.

Analyse des coûts

Une analyse des coûts est effectuée et comprend les coûts d’investissement et d’exploitation pendant la durée de vie des AZE. Il s’agit d’estimer les coûts initiaux d’acquisition des autobus, de construction de l’infrastructure de recharge et même d’amélioration de l’infrastructure électrique. De plus, les dépenses d’exploitation et d’entretien, y compris la consommation d’énergie, les exigences en matière d’entretien et de réparation et les besoins en formation, sont évaluées. Le secteur est loin d’être statique, et les agences doivent donc être en mesure de faciliter les modifications, les coûts d’entretien et les considérations immobilières, entre autres coûts dynamiques.

Analyse des avantages

La quatrième étape de la mise en œuvre aide les agences de transport à mieux comprendre les avantages de l’adoption de transports publics électrifiés. Nous visons à les informer sur l’impact des émissions, la politique gouvernementale et les avantages environnementaux indirects. Sur la base des réductions d’émissions par rapport aux véhicules conventionnels, les avantages environnementaux, tels que la diminution des émissions de gaz à effet de serre et l’amélioration de la qualité de l’air, sont évalués. Les avantages économiques, tels que les réductions possibles des coûts de carburant et la diminution des besoins d’entretien, sont examinés. Les avantages sociaux, tels que l’amélioration de la santé publique et la réduction de la pollution sonore, peuvent également être étudiés.

Analyse des risques

L’analyse des risques vise à atténuer les risques susceptibles de survenir au cours de la mise en œuvre. Elle couvre les risques techniques tels que l’efficacité des AZE et la fiabilité de l’infrastructure de recharge. Les risques liés à la réglementation, tels que les modifications des lois ou des règles influençant l’utilisation des incitations, sont également évalués. Les problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement, tels que le coût, la disponibilité et les composants de l’infrastructure de recharge, peuvent être examinés. Les interruptions potentielles de la phase de mise en œuvre sont également prises en compte.

Analyse de l’impact social

Cette étape consiste à examiner l’impact social de l’électrification sur la communauté, les passagers et les parties prenantes. Il s’agit d’examiner des variables telles que l’accessibilité, l’équité dans l’accès aux réseaux de transport public et la perception du système de transport électrifié. Des stratégies peuvent être mises en place pour remédier à toute conséquence sociétale apparente et garantir que le système dessert équitablement toutes les parties de la communauté.

Analyse des besoins

L’étape suivante consiste à déterminer les besoins de l’agence de transport en commun pour qu’elle puisse soutenir l’adoption du transport public électrifié. Il s’agit de déterminer le nombre et le type d’autobus nécessaires, en tenant compte d’éléments tels que les caractéristiques des itinéraires, la capacité de transport de passagers et les besoins d’exploitation. Les exigences relatives à l’infrastructure de recharge nécessaire, y compris la quantité et la répartition des stations de recharge, les tarifs de recharge et la capacité de l’infrastructure, sont également examinées. Les systèmes d’alimentation électrique, tels que les réseaux et les systèmes de recharge, sont essentiels à cette étape, car l’efficacité du réseau de transport en commun dépend de la fiabilité de son fonctionnement. Pour en savoir plus sur les stratégies émergentes d’électrification des transports en commun par les services publics, consultez notre rapport [Utility Strategy Knowledge Series] (en anglais).

Approvisionnement

En tant que chef de file du secteur des transports électrifiés, CRITUC aide les agences de transport en commun à identifier les opportunités d’approvisionnement et à trouver des sources de financement pour subventionner la plus grande partie possible des coûts. Cette étape comprend la création de plans d’approvisionnement, l’émission de demandes de propositions, l’examen des soumissions et le choix de fournisseurs ou d’entrepreneurs pour les véhicules électriques, l’infrastructure de recharge et tout autre équipement ou service essentiel. Il est nécessaire de donner la priorité à des éléments tels que le coût, la fiabilité, la qualité et l’interopérabilité avec les systèmes actuels tout au long du processus d’achat. Les agences de transport recevront également de l’aide pour la collecte et l’analyse des données.

Analyse des données empiriques

La neuvième étape est la collecte de données opérationnelles des AZE qui sont utilisées pour comparer les résultats des analyses précédentes avec les données réelles du terrain. Le suivi de la consommation d’énergie, de l’efficacité des véhicules, des habitudes de recharge et d’autres données opérationnelles en font partie. L’analyse des données permet d’identifier les domaines à améliorer, d’optimiser les performances du système et de s’assurer que les ressources sont utilisées efficacement. De plus, elle facilite la prise de décision et, si nécessaire, l’application de mesures correctives. Ces comparaisons serviront à ajuster les prévisions si nécessaire et à obtenir des indicateurs plus précis pour le reste du service.

Point d’arrivée

La dernière étape de la stratégie de mise en œuvre consiste à planifier les inévitables avancées technologiques du parc de véhicules. Le secteur des transports en commun électrifiés est un environnement en pleine croissance, avec de nouveaux changements passionnants qui se produisent année après année. Pour garantir la durabilité et les performances à long terme du système, des efforts permanents de contrôle, d’évaluation et d’amélioration continue sont déployés. La prise de décision et l’optimisation du système continuent d’être éclairées par la collecte et l’analyse de données, ainsi que par l’implication des parties prenantes.

 

Comment CRITUC mène le mouvement d’électrification des transports publics au Canada

Le rôle de CRITUC en tant qu’acteur principal du mouvement d’électrification des transports publics est évident.

CRITUC, en tant que service national de planification sélectionné pour le Fonds pour le transport en commun à zéro émission (FTZE), a conclu un accord quinquennal avec le gouvernement du Canada en 2021 pour soutenir les agences de transport en commun dans leurs efforts pour atteindre leurs objectifs en matière de zéro émission. Cela comprend un financement de 2,75 milliards de dollars destiné à aider les réseaux de transport public et scolaire à adopter des systèmes de transport électrifiés. Les fonds alloués serviront à financer des initiatives telles que l’achat d’autobus à zéro émission (AZE) et la construction d’infrastructures de soutien telles que des stations de recharge.

 

Par ailleurs, CRITUC organise cet automne à Burlington, en Ontario, sa conférence sur le transport en commun et la mobilité à zéro émission. Cette conférence réunira des chefs de file du secteur des transports propres et démontrera l’engagement du consortium à mener le pays vers un avenir vert, efficace et durable pour les transports canadiens. La conférence mettra également l’accent sur les agences de transport de taille moyenne et les méga-agences de transport, car leur taille et leur influence peuvent influer considérablement sur l’adoption et l’utilisation de solutions de transport en commun à zéro émission.

 

À propos de CRITUC

CRITUC est un consortium d’innovation à but non lucratif dont la vision est de faire du Canada un chef de file mondial de la mobilité intelligente à faible émission de carbone. En tant que membre, vous bénéficierez d’un accès exclusif à une série d’opportunités d’affaires et de réseautage, à des événements de planification technique, à des conférences, et plus encore. Pour vous connecter avec les membres, rejoignez-nous dès aujourd’hui.