Consortium de recherche et d’innovation en transport urbain au Canada
Consortium de recherche et d’innovation en transport urbain au Canada
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Base de données canadienne ZEB™ Zero-Emissions Bus Landscape and Transitioning Readiness Report #4 (en anglais seulement)

Découvrez l’avenir du transport en commun durable avec le rapport Canadian ZEB Database™ Zero-Emissions Bus Landscape and Transitioning Readiness Report #4 (Paysage des autobus à zéro émission et rapport sur l’état de préparation à la transition). Plongez dans une mine de données et d’idées qui éclairent le potentiel et les progrès des autobus à zéro émission (ZEB) à travers le Canada. Des analyses détaillées du déploiement des autobus à zéro émission aux ventilations complètes des infrastructures, ce rapport offre une vue d’ensemble de la transition du Canada vers des systèmes de transport en commun respectueux de l’environnement.
 

Faits marquants :

1.   ; Tendances du déploiement de ZEB :
 
Découvrez comment les ZEBS sont intégrées dans les systèmes de transport en commun existants à travers le Canada. Le rapport présente le calendrier et les progrès de l’adoption, en mettant en évidence les provinces et les territoires qui ouvrent la voie. Découvrez les tendances de l’adoption des ZEB en fonction des technologies du groupe motopropulseur (autobus électriques à batterie (BEB), autobus électriques à pile à combustible (FCEB) et autobus au gaz naturel comprimé renouvelable (R-CNG)).  ; Déterminez si le Canada est sur la bonne voie pour atteindre l’objectif du gouvernement de déployer 5 000 ZEB d’ici 2026.
 
2.   ; Cartographie des infrastructures :
 
Obtenir un aperçu approfondi des stations de recharge, des types de chargeurs, des lieux de recharge et d’autres infrastructures critiques de ravitaillement et de recharge pour les ZEB. Comprendre les facteurs et les opportunités liés à la mise en place d’un solide réseau de recharge et de ravitaillement.
 
3.   ; Défis rencontrés et leçons apprises :
 
Découvrez les difficultés rencontrées par les agences de transport en commun pour adopter les ZEB et les précieuses leçons tirées de l’expérience. Examiner les raisons pour lesquelles les agences de transport en commun n’ont pas de plan “zéro émission”.
 
4.   ; Mécanismes de financement et de passation de marchés :
 
Découvrir les mécanismes de financement municipaux, provinciaux et fédéraux utilisés par les agences de transport pour acquérir des ZEB et des infrastructures connexes. Explorer les stratégies de passation de marchés employées, telles que les appels d’offres publics, les appels d’offres et la passation de marchés conjoints.
Que vous soyez un décideur qui façonne l’avenir des transports, un professionnel de l’industrie qui stimule l’innovation ou un adepte du développement durable qui prône le changement, explorez le rapport de la base de données canadienne sur les ZEB dès aujourd’hui et rejoignez le mouvement en faveur d’une mobilité plus propre et plus verte. Ensemble, nous pouvons créer un système de transport en commun plus durable et plus résilient pour les générations à venir.
 
 
Principales conclusions:  ;
 
  • Au 31 janvier 2024, le nombre d’autobus à zéro émission (ZEB) s’élevait à 4 945, soit une baisse de 8 % par rapport au rapport n° 3 de 2023. Parmi eux, les autobus électriques à batterie (BEB) représentent 4 845 véhicules, tandis que les autobus électriques à pile à combustible (FCEB) en représentent 100.
  • On observe une diminution du nombre de BEB dans cinq provinces/territoires, une augmentation du nombre de BEB dans trois provinces/territoires et une stagnation dans trois provinces/territoires, tandis que trois provinces/territoires n’ont pas de plan de transition vers un système à zéro émission.
  • Le nombre de ZEB diminue dans les phases initiales, de l’annonce au financement, tandis qu’il augmente dans les phases ultérieures, de la passation des marchés à la mise en service.
  • Les agences de transport citent les difficultés rencontrées dans l’adoption des ZEB, telles que les coûts d’acquisition élevés, les performances médiocres des bus, la capacité limitée de la main-d’œuvre et les contraintes de capacité dans les installations de transport en commun ;